Dora Schwarzberg

Biographie française

Dora Schwarzberg voit le jour dans les coulisses d’un théâtre juif où travaillent ses parents. Il est possible que ces circonstances particulières aient forgé son credo artistique, qui s’exprime dans ces mots de son père: «Le violon doit parler et pleurer !» Ses rencontres avec la vie et l’art de musiciens tels que le professeur Yankelevich, Valentin Berlinsky, A. Schtern, Isaac Stern, Dorothy Delay, ou encore Yehudi Menuhin, ont eu un tel impact sur elle qu’un célèbre musicien s’est exclamé: «Dora Schwarzberg est la représentante typique de l’école de violon d’Odessa-Moscou-Jérusalem-NY ! »

Pour Dora Schwarzberg, la musique n’est pas seulement un métier, c’est un art de vivre. Elle permet de communiquer avec les gens, de partager quelque chose avec des personnalités aussi variées et uniques que les artistes avec lesquels elle travaille. Ceux-ci ont pour nom Martha Argherich, Mischa Maisky, Boris Berezovsky, Pavel Gililov, Imai Rudin, Ge-ringas, Drobinsky, Rabinovitch, Bashmet – pour n’en citer que quelques-uns.

Ses activités de concertiste et de pédagogue se sont en tout temps naturellement complétées. À Vienne où elle enseigne, elle continue son exploration de la musique et de la vie avec ses étudiants. La grande majorité d’entre eux sont lauréats de compétitions internationales et occupent des postes en vue dans les principaux orchestres et formations de chambre de la planète. Dora Schwarzberg donne également des masterclasses dans le monde entier. Son répertoire embrasse plusieurs siècles de musique, de la sonate baroque au tango argentin, avec pour fil rouge son amour inconditionnel pour chaque pièce qu’elle joue et son désir profond de partager cet amour avec son public.